En approche du Cap Finisterre (Espagne) après un début de course dantesque


08 novembre 2017

Cartographie 8 novembre

Ce 8 novembre, le bateau Gustave-Roussy est 10e des Class40 sur la Transat Jacques Vabre. Le bateau est en approche du Cap Finisterre, situé au nord-ouest de l’Espagne.

Avec le passage d’un front froid assez violent, il fallait être motivé pour continuer. Un écart de route du bateau dans la nuit de lundi à mardi aurait pu faire penser à un abandon mais ce n’était pas le cas. De simple choix stratégique, ce bord à la pointe de la Bretagne s’est transformé en enchainement de difficultés : « Le contre bord en mer d’Iroise nous a couté cher, mais c’est à ce moment là qu’on a enchainé les soucis et on ne voulait pas en avoir plus à gérer dans l’important trafic maritime sous le DST », expliquent Sylvain et Christophe.

Les skippers du Gustave-Roussy ont affronté la pluie, le vent, les grains, l’humidité permanente et le ballottage. Le constat est édifiant dans le mot qu’ils ont transmis depuis la mer : « Le pont est constamment recouvert d’eau et nous ne pouvons plus mettre le nez dehors. On ne pensait pas que ça mouillait autant en Class40 et il nous manque la combinaison sèche ! ».

Une machine à laver

Transformé en « machine à laver » comme ils le définissaient eux-mêmes si bien, le Class40 Gustave-Roussy a subi les assauts de la mer avec ses marins ces premiers jours de course. Un peu de casse matérielle est donc à déplorer : une voile déchirée, de l’électronique défaillant entre autres. Humidité et cadences violentes en continu ne permettent pas de réparer sereinement. Quelques problèmes sont résolus, mais ils ne le sont pas encore tous. Car en ce matin du 8 novembre, le rythme restait encore intense : « Le vent, qui reste soutenu, varie beaucoup, avec des ‘grains’ fréquents, parfois violents. C’est pourquoi nous restons sous génois et grand voile avec 1 ris. Il faut être en permanence vigilant sur les réglages et rester dans le rythme pour cette descente du Golfe de Gascogne. On est en moyenne à 10 nœuds mais dès que le vent monte, on part en surf à 14/15 noeuds ».

Qu’importe… Le soutien des partenaires, des amis et de tous les ont aidé à passer ce moment difficile. Sylvain et Christophe tiennent à le souligner : « Le départ a été très émouvant pour nous deux et des tas de souvenirs dans la tête nous donnent des forces et nous permettent de garder le moral. »

Le premier phénomène météo qu’ils viennent de traverser a creusé un peu d’écart avec la tête de la flotte. Mais les différents éléments météo en cours de formation sur l’Atlantique risquent d’ouvrir le jeu sur l’océan, offrant par là la possibilité au Gustave-Roussy de revenir sur ses adversaires. La suite de la course risque de ne pas être un long fleuve tranquille !

Focus sur les voiles du bateau

Focus sur les voiles du bateau

La grand voile : voile principale du bateau, sur laquelle est écrit « vos dons sur gustaveroussy.fr ». qui est hissée en permanence sur le mât. Mais elle peut être plus ou moins déployée. Quand le vent monte on réduit, c’est à dire que l’on prend un ris, et s’il monte encore plus un deuxième ris, voire un troisième.

Le génois et la trinquette : voiles (rouges aussi sur le Gustave-Roussy) à l’avant du bateau. On les utilise au près (vent de face), au vent de travers ou même au portant quand le vent est très fort. La trinquette est plus petite que le génois. On l’utilise donc quand le vent est plus fort.

Le spi / spinnaker : la plus grande voile du bateau qui est fabriquée dans un matériau plus léger et qui se gonfle comme un ballon. On la met aux allures portantes, quand le vent vient plus de l’arrière. Il est fixé en avant du bateau sur ce qu’on appelle le bout dehors.

Entre le génois et le spinnaker il y a le gennaker, voile plus rigide que le spi mais qui se met de la même manière en avant du bateau et permet de naviguer à des allures intermédiaires.

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Faire un don contre le cancer

Soutenez la recherche sur le cancer menée à Gustave Roussy, 1er centre de lutte contre le cancer en Europe :

* Uniquement en France métropolitaine pour les abonnés Bouygues Télécom, Orange et SFR. Montant du don prélevé sur la facture de votre mobile. Il sera intégralement reversé par votre opérateur à Gustave Roussy. Envoi du SMS non surtaxé.